Les propriétés des huiles essentielles : biochimie

Il paraît important d’aborder le sujet  des propriétés des huiles essentielles au niveau biochimique pour comprendre, appréhender et utiliser au mieux les huiles essentielles.

Des critères de qualité stricts doivent guider l’achat d’une huile essentielle en fonction de l’utilisation que l’on veut en faire. Elle doit être 100 % naturelle, 100 % pure, 100 % intégrale !

Il faut s’assurer de la certification botanique (le genre, l’espèce, la sous-espèce..), l’origine géographique (nom du pays ou de la région) pour apporter des précisions sur le biotope (facteurs environnementaux), le mode de récolte ou culture (label bio affiché), le stade de développement botanique (moment de la cueillette, avant, pendant ou après la floraison), l’organe distillé  pour la famille des citrus, le mode d’extraction (à froid, hydro distillation…) et le chémotype.

Qu’est ce qu’un chémotype ?

C’est la chimie des huiles essentielles. Leurs propriétés sont directement liées à leurs constituants biochimiques. Le chémotype (ou chimiotype). D’une grande complexité, les H.E. peuvent contenir plus de 200 composants. Ainsi, certaines propriétés se retrouvent dans différentes H.E.

LES GRANDES FAMILLES DE COMPOSANTS BIOCHIMIQUES : quelques exemples

 

Propriétés Familles Exemples d’huiles essentielles
Antimicrobiennes (bactéries, levures, champignons…) phénols aromatiques (thymol, eugenol, carvacrol..) thym à thymol, giroflier (clou), origan compact, bois de rose,
Antiparasitaires (acariens, vers, puces, poux…) phénols aromatiques Ajowan, sarriette des montagnes, cannelle, menthe poivrée, sauge
Antivirales phénols aromatiques, alcools et oxydes terpéniques ravintsara, eucalyptus radié
Immunostimulantes phénols aromatiques, alcools terpéniques tee trea, thym à linalol, bois de rose
Anti-inflammatoires sesquiterpènes (chamazulène) – aldéhydes terpéniques matricaire, achillée de ligurie, tanaisie annuelle, eucalyptus citronné
Anti-douleur, spasmolitiques esthers terpéniques – phénols methyl-éthers ylang-ylang, basilic exotique, estragon
Mucolytiques, expectorantes lactones, oxydes terpéniques, cétones terpéniques ylang-ylang, basilic exotique, estragon
Mucolytiques, expectorantes lactones, oxydes terpéniques, cétones terpéniques inule odorante, myrte à cinéole, romarin à verbénone, eucaltyptus menth
Sédatives, relaxantes  aldéhydes terpéniques, esters (benzoate de benzyle..) eucalyptus citronné, ylang-ylang, lavande vraie, lavandin

 

Les familles biochimiques et remarques importantes

Phénols : Ce sont les commandos d’attaque – tonique et stimulant général – excitant et hypertenseur à dose élevée – dermocausticité – hépatotoxicité – Attention à la contre indications pour les femmes enceintes et allaitantes et enfants de moins de 5 ans.

Alcools terpéniques ou monoterpénols : C’est le relais aux phénols, l’arrière garde pour le long terme et le chronique. Il n’y a pas de contre indications.

Sesquiterpénols : Positivant – Prudence toutefois dans les pathologies  hormono-dépendantes.

Aldéhydes aromatiques : A utiliser pour les pathologies difficiles – dermocausticité – Il existe une contre indications pour les enfants de moins de 5 ans – incompatibilité avec la cannelle et le citrus.

Aldéhydes terpéniques : Négativant, hypotenseur, stomachiue et eupeptique +++, dermocausticité – citral à diluer à 50 %.

Cétones terpéniques : Mucolytique et équilibrant endocrinien – à manier avec précaution, mais on ne peut pas s’en passer – A faible dose, c’est un calmant – A dose élevée ou répétée, c’est un neutoxique, épileptisant, abortif – contre-indications pour les enfants, les personnes neurosensibles et les femmes enceintes ou allaitantes.

Oxydes terpéniques : Grand décongestionnant broncho-pulmonaire, harmonise le système nerveux.

Phénols méthyl-éthers : Antispasmodique des voies respiratoires, bronchodilatateur, galactogène, anti allergique, rééquilibrant nerveux.

Esters terpéniques : Négativant, hypotenseur, très doux pour la peau, anti-douleur, régulateur cardiaque.

Terpènes ou monoterpènes : Positivant+++, stimulant cortico surrénalien+++, décongestionnant respiratoire ++, balsamique, néphrotoxique – contre-indications : maladies hormono-dépendantes.

Sesquiterpènes : Anti-allergique+++.

Lactones : C’est l’expectorant et mucolytique des enfants – idem pour les cétones mais en plus fort – sans toxicité – hépatostimulant.

Coumarines : Photosensibilisant, anti convulsif, hépato-stimulant, fluidifiant, sédatif nerveux.

Phtalides : Le meilleur draineur des émonctoires (foie, reins, intestins).

PRECAUTIONS D’EMPLOI DES HUILES ESSENTIELLES

Les huiles essentielles sont puissantes, il est donc indispensable de prendre quelques mesures de précautions pour les utiliser. Le mieux est de demander une prescription à un médecin aromathérapeute ou demander conseil à un pharmacien spécialisé.

  • N’utilisez jamais d’H.E. chez la femme enceinte et allaitante.
  • Chez les enfants de moins de 5 ans, le conseil de votre pharmacien ou votre médecin est impératif.
  • Ne pas utiliser d’H.E. chez les personnes asthmatiques et les épileptiques.
  • Signaler toute pathologie et traitements médicamenteux.
  • Ne pas laisser les flacons à portée des enfants.
  • Effectuer au préalable un test de tolérance cutané (une goutte sur la peau).
  • Ne jamais appliquer d’H.E. dans les yeux, les paupières et dans le conduit auditif.
  • Pas de prise d’H.E. en continu, 3 semaines de traitement maxi. Faire des fenêtres thérapeutiques.
  • Pas d’exposition au soleil après application d’H.E.
  • Utiliser uniquement des H.E. 100 % pures et naturelles.
  • Respecter strictement les doses prescrites et les contre-indications propres à chaque huile essentielle.
  • Demander conseil auprès des thérapeutes (naturopathe, médecins spécialisés en aromathérapie….)

 

 

Maryse

Retraitée des Industries Electriques et Gazières en tant que cadre RH (formation professionnelle continue, apprentissage, entre autre), je me suis lancée dans des activités associatives (les Restos du Coeur, EGEE, UFC Que Choisir).. Après une longue maladie, des accompagnements de fin de vie et décès d'êtres chers, je me suis tournée, comme une évidence, vers la naturopathie pour être au plus proche de notre santé, des autres, pour une vie plus saine et pouvoir informer autrui. Je m'intéresse à toutes les disciplines comme la médecine traditionnelle chinoise, les médecines douces, le bien être, l'alimentation pour une meilleure compréhension du fonctionnement de l'être humain. suivez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/quiles.maryse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *