Comment choisir un bon probiotique ?

Une fatigue passagère, des troubles intestinaux ? Un traitement antibiotique ou médicamenteux ? Une sortie d’angine, de grippe, d’otite ? Une envie tout simplement de prendre soin de son système immunitaire ?

Les probiotiques, des bactéries « pour la vie »

Il est souvent bienvenu, de manière temporaire, d’entreprendre une cure de probiotiques au moins une fois par an. Le terme probiotique signifie « pour la vie », et il porte bien son nom car les probiotiques sont des bactéries physiologiques, bénéfiques pour notre microbiote, c’est-à-dire l’ensemble de nos bactéries, levures et parasites intestinaux constituant notre flore. On trouve des probiotiques dans l’alimentation : légumes fermentés (dont le chou ==> choucroute !), lait fermenté (yaourts, kéfirs, crèmes aigres, …), poissons gras fermentés, etc. Ces derniers se nourrissent de prébiotiques, que l’on trouve également dans l’alimentation : carottes, oignons, poireaux, radis, tomates, …

Il existe de nombreuses familles de probiotiques, les principales étant les lactobacilles (la plus grande famille existante), les bifidobactéries, les saccharomyces boulardii, les E. Coli physiologiques, les bactéries du sol et les enterococci faecium.

A quoi servent nos bactéries bénéfiques ?

Notre microbiote, lorsqu’il est en symbiose, va

  • Améliorer la digestion et l’assimilation des nutriments (vitamines et minéraux) et micronutriments (oligo-éléments).
  • Renforcer notre système immunitaire.
  • Améliorer notre réponse au stress.
  • Améliorer la qualité de nos organes et phanères (ongles, cheveux, peau, …).
  • Faciliter la perte de poids.
  • Améliorer nos facultés de concentration.
  • Augmenter notre énergie.
  • Et j’en passe…

Quels probiotiques choisir ?

Il faut faire très attention lorsque l’on se destine à entreprendre une cure de probiotiques, car tous ceux vendus dans le commerce ne se valent pas ! Certains en vendent même qui ne seront actifs dans votre organisme, ou trop peu concentrés, ou encore pas assez variés.

Ainsi, le minimum à vérifier lorsque vous voulez vous lancer :

  • Le produit vendu doit contenir la plus grande variété de bonnes bactéries, chacune ayant ses forces et ses faiblesses.
  • Les bactéries doivent provenir de familles différentes, le mieux étant : lactobaciles, bactéries du sol et bifidobactéries.
  • Le probiotique doit être concentré au minimum à 8 milliards de cellules bactériennes par gramme.
  • Il ne doit pas contenir de prébiotiques (souvent FOS, fibres d’agave ou d’acacia), souvent très irritants pour les intestins fragiles des personnes ayant fortement besoin de probiotiques ! Préférer ceux contenus dans les aliments du quotidien.

Quel dosage et quelles marques de probiotiques ?

La dose thérapeutique varie selon les individus et se situe à un niveau où l’on ressent un bien-être et une légère détoxination, sans non plus engendrer des grosses réactions de Die-Off (réaction de détoxination où les bactéries pathogènes, juste avant de mourir, libèrent tout ce qu’elles peuvent de toxines, entraînant des sensation désagréables telles que les nausées, maux de tête, ballonnement, irritabilité, etc.). Le Dr Natasha Campbell-McBride conseille ces dosages1 :

  • Un adulte : 15 à 20 millliards
  • Un bébé de moins de 12 mois : 1 à 2 milliards
  • Un enfant d’un à deux ans : 2 à 4 milliards
  • Entre 2 et 4 ans : 4 à 8 milliards
  • Entre 4 et 10 ans : 8 à 12 miliards
  • Entre 12 et 16 ans : 12 à 15 milliards.

Je n’ai aucun partenariat avec quelconque marque ! Ainsi, je vous conseille, en cohérence avec les éléments que je viens de vous donner, ces marques :

  • le Bio-Kult, mis au point par Natasha Cambell, comprenant 14 souches de bactéries différentes et 10 milliards de cellules bactériennes par gramme
  • le ProTozymes et ses 8 milliards de cellules bactériennes par gramme

Ne pas oublier quelques précautions par rapport aux probiotiques…

Suite au traitement, il est conseillé de prendre l’habitude de consommer régulièrement des aliments fermentés, précités, afin de continuer à apporter à votre organisme diverses sources de probiotiques naturels et donc bien ensemencer votre flore.

Je conseille également, avant de se lancer dans une telle cure (entre 20 jours et 6 mois selon la gravité de la pathologie, à voir avec un naturopathe), de « désinfecter » au préalable ses intestins, comme on laboure son jardin avant de semer les graines… Il existe pour cela de nombreux aliments et plantes antiparasitaires, antifongiques, antibactériennes (ail, girofle, oignon, teinture-mère de brou de noix, charbon végétal, etc.), qui pourront être utilisés en cure, de manière personnalisée, mise en place par votre professionnel de santé.

J’estime que cela est très important, qu’il ne faut pas prendre des probiotiques à tout-va sans écouter son corps. Il est déconseillé d’en prendre lorsque le déséquilibre de la flore intestinale est tel que la pullulation bactérienne (candida albicans, helicobacter pylori, …) a atteint l’estomac car cela pourrait aggraver la situation (un estomac étant normalement quasi stérile, ensemencer par des probiotiques pourrait augmenter la quantité de bactéries dans l’estomac). Cela peut être vérifié simplement par les tests respiratoires de Donatini.

Sources

1 : CAMPBELL-MCBRIDE N, Le syndrome entéropsychologique, Nutrition holistique, Cottens, Suisse, 2011, p 323.s

Lucie Morival

Étudiante en naturopathie, ancienne végétalienne, je me suis familiarisée avec la méthode GAPS il y a un an et aimerais grandement me spécialiser dans les troubles entéropsychologiques et entérophysiologiques (c'est-à-dire travailler sur le rétablissement d'une flore intestinale bénéfique par l'alimentation et une bonne hygiène vitale, la dysbiose intestinale étant la source de nombreux troubles...). Ce protocole, mis au point par le Dr Natasha Campbell-Mc Bride, neurologue et nutritionniste, permet de mettre sous silence de nombreuses pathologies psychologiques (autisme, schizophrénie, dépression, TDA/H, dyslexie, dyspraxie, ...) mais aussi des pathologies physiologiques dites chroniques (maladie de Lyme, candidose, fibromyalgie, sclérose en plaques, spondylarthrite ankylosante, intestin irritable, maladie de Crohn, intolérances alimentaires, etc.). Suivez-moi sur les réseaux : Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCWSTvNg19EU2kxP7VrDOJxA?view_as=subscriber Instagram : lucie_gaps_lucie Facebook : https://fb.me/luciegapsnaturopathie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *